Quels sont les dangers des régimes riches en protéines ?

Les régimes riches en protéines ont connu une montée en popularité ces dernières années pour leurs avantages dans la gestion du poids, la récupération musculaire et la suppression de l’appétit. Cependant, les risques d’adhérer à de tels régimes à long terme sont toujours à l’étude et il semble qu’ils ne soient peut-être pas tout ce qu’ils sont censés être. Selon une toute nouvelle recherche, il existe des liens évidents entre une consommation excessive de protéines à long terme et des dommages potentiels aux reins.

Les nouvelles découvertes, menées par un néphrologue, découlent d’un examen du rôle que joue la nutrition dans le contrôle de la maladie rénale chronique, une maladie que l’on retrouve chez environ 10% des adultes dans le monde.

« Le régime riche en protéines qui a été utilisé de plus en plus ces dernières années pour contrôler la prise de poids et l’obésité peut avoir des effets délétères sur la santé rénale à long terme », a déclaré un directeur d’un centre de recherche.

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique est normalement diagnostiquée après trois mois ou plus de dysfonctionnement rénal réduit ou de dommages structurels, et ce sont les déchets qui proviennent du métabolisme des protéines dans le corps qui accélèrent les lésions rénales existantes.

Bien que les nouvelles ne soient pas bonnes, les effets négatifs peuvent être limités et gérés par une gestion nutritionnelle non médicale.

En regardant les résultats de l’étude, les chercheurs ont constaté que la baisse de l’apport en protéines et en sel pouvait ralentir la progression de la maladie rénale, abaisser les toxines dans le sang et différer la nécessité de commencer la dialyse.

La thérapie nutritionnelle pour augmenter la longévité

« Le coût et le fardeau de la dialyse d’entretien et de la transplantation rénale sont exceptionnellement élevés », selon les chercheurs. « Ainsi, les interventions diététiques et la thérapie nutritionnelle peuvent être de plus en plus choisies comme stratégie de gestion des maladies rénales chroniques, contribuant à augmenter la longévité et à retarder la nécessité de commencer la dialyse pour des millions de personnes dans le monde. »

Bien que les nouvelles ne soient pas terribles, cette étude nous donne des raisons de considérer les effets à long terme de nos œufs et de notre poulet.